Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Innovation publique
 

Fabrique à projets

La Fabrique à projets est un laboratoire d’innovation publique porté par la sous-direction de l’innovation pédagogique et collaborative, au sein du Service du pilotage et de l’évolution des services (SPES).
L’intervention de la Fabrique à projets repose sur la nécessité de faire évoluer les pratiques en matière de conduite des politiques publiques, pour les rendre plus réactives et efficaces, en faisant plus appel à l’expérience des usagers, à la collaboration, et à la créativité. L’équipe de la Fabrique à projets accompagne des projets dans cet esprit, en co-conception et avec des méthodes inspirées du design thinking, dans un espace de travail innovant, l’Espace 34.

L’offre de la Fabrique à projets s’inscrit en complémentarité de dispositifs d’accompagnement existants (coaching, codéveloppement, Fabrique numérique, lean, design thinking…)."

Voir la plaquette (format pdf - 705.5 ko - 21/01/2019)

Renseignements : fabrique.projets@developpement-durable.gouv.fr

 
 

Accompagnement du projet de la DHUP pour la prise en compte de la biodiversité dans le secteur du bâtiment

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 mars 2021

La prise en compte par le secteur du bâtiment du besoin de préservation et de reconquête de la biodiversité est encore trop faible. Cet objectif est d’ailleurs inscrit dans deux grands plans nationaux : le plan biodiversité et le plan bâtiment durable. Face à cet objectif très vaste et complexe, la sous-direction de la qualité de la construction a sollicité la Fabrique à Projets pour l’aider à démêler le sujet et trouver un chemin permettant de commencer à le traiter efficacement.

Suite à une écoute usager réalisée via un questionnaire auquel plus de 700 professionnels ont répondu à l’été 2020, il est apparu que la rénovation des bâtiments serait un bon point d’entrée pour traiter de l’articulation entre reconquête de la biodiversité et bâtiment. Car l’artificialisation des sols et l’étalement urbain sont les principales causes de l’extinction de la biodiversité, mais aussi parce que le secteur du bâtiment a dû s’adapter pour traiter de son empreinte carbone, et ce retour d’expérience sera riche d’enseignement pour la prise en compte de la biodiversité.

Un atelier à distance a été organisé par la Fabrique à projets avec l’appui de bluenove, en deux sessions les 19 et 22 janvier 2021. Réunissant une quarantaine de professionnels de la construction, d’écologues, d’opérateurs publics, d’associations, etc., cet atelier a permis d’aboutir à un diagnostic partagé des freins aux pratiques et des pistes de solutions pour les lever.

Parmi ces solutions, il y a des référentiels pour noter l’impact d’un produit de construction, voire d’une pratique, afin d’orienter vers des consommations et pratiques vertueuses, mais aussi des incitations financières éco-conditionnées, ou encore des accès facilités à des démonstrateurs, sans mentionner les projets plus classiques de communication ou de sensibilisation à destination des maitres d’ouvrage. Ces solutions vont faire l’objet de nouveaux projets, pilotés par les participants et coordonnés par la sous-direction de la qualité de la construction.

Voir le "Croquinotte" des ateliers numériques des 19 et 22 janvier (format pdf - 3.8 Mo - 09/03/2021)
(réalisation graphique : Permis de Vivre la Ville)

Accompagnement du projet de la DHUP pour l’élaboration d’un vademecum sur les notes d’enjeux de l’Etat pour l’élaboration des documents d’urbanisme

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 mars 2021

Pendant l’année 2019, en accompagnement du bureau de la législation de l’urbanisme, la Fabrique à projets a organisé six ateliers participatifs pour guider l’élaboration de « l’ordonnance relative à la rationalisation de la hiérarchie des normes applicables aux documents d’urbanisme » (ordonnance n°2020-745 du 17 juin 2020). Au cours de ces ateliers a émergé l’idée de s’appuyer sur les notes d’enjeux produites par l’Etat pour aider les collectivités à s’approprier les enjeux environnementaux prescrits dans les documents « supra » (désormais codifié à l’article L. 132-4-1 du code de l’urbanisme).

Le bureau de la législation de l’urbanisme a décidé de publier d’ici la fin du printemps 2021 un vademecum pour aider les services déconcentrés à produire ces notes d’enjeux. La Fabrique à projets accompagne à nouveau cette démarche en organisant une série de 3 ateliers collaboratifs à distance :
• Le 4 février : le premier atelier a rassemblé 130 participants issus d’administration centrale, des services déconcentrés, des collectivités et des bureaux d’études. Cet atelier a permis de faire émerger un diagnostic partagé et de dégager des priorités d’actions.
• Le 11 mars : des représentants des services rédacteurs des notes d’enjeux ont identifié les principales difficultés de mise en œuvre de la mesure et ont proposé des pistes de solutions à intégrer dans le vademecum.
• Avant les vacances de Pâques : une trame détaillée du vademecum sera présentée à l’ensemble des services pour recueillir leurs avis et leurs propositions d’amélioration.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Capture du mur « klaxoon » utilisé pour animer l’atelier numérique du 14 février (conception Fabrique à projets)

Design des politiques publiques : la parole à Hélène Syndique, responsable de la Fabrique à projets, laboratoire d’innovation publique des ministères de la Transition écologique, et des Relations avec les collectivités territoriales (SG/SPES/IPEC)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 novembre 2020 (modifié le 28 juillet 2021)

Utiliser les méthodes du design au service de l’intérêt général : c’est ce que font au quotidien Hélène Syndique et l’équipe de la Fabrique à projets, dont elle est responsable.
L’objectif : améliorer la mise en œuvre de nos politiques publiques en partant de l’expérience de l’usager, pour rendre celles-ci plus efficaces sur le terrain.
En 3 minutes, Hélène Syndique nous explique le principe et les bénéfices de cette méthode qui a déjà apporté une vraie plus-value aux chefs de projets du pôle ministériel qui l’ont expérimentée.