Sous-direction de l’innovation pédagogique et collaborative

Soigner la nature pour guérir l’homme ?. Colloque du 7 décembre 2020

publié le 10 décembre 2020 (modifié le 26 juillet 2021)

Ce colloque inaugure un cycle sur les SFN. Les Solutions fondées sur la nature (SFN) constituent l’un des axes du plan Biodiversité, et sont principalement promues par l’UICN.

Ce colloque a mis en avant la justification économique des SFN, tant à titre « défensif » (les SFN permettent-elles d’échapper aux risques majeurs pointés par le rapport du Forum économique mondial ?) qu’à titre « prospectif » (de quel modèle de développement économique les SFN relèvent-elles). En outre, le contenu de ce colloque s’est inscrit dans le cadre de la crise de biodiversité sans précédent que nous connaissons, matérialisée par une succession de zoonoses dont le Covid-19 est la plus massive.

> Voir le programme du colloque (format pdf - 476.3 ko - 10/12/2020)

- Voir la la synthèse du colloque (format pdf - 244.5 ko - 08/07/2021)

> Voir ou revoir le colloque en ligne

> Voir les interviews faites en marge du colloque des intervenants au colloque par Acteurs publics


Voir ou revoir le colloque en ligne

- Présentation du colloque : Jean-Jacques Fresko (Agence Nature)


- Mot d’accueil, Axelle Barrau, sous-directrice de l’Innovation pédagogique et collaborative - IPEC (ministère de la Transition écologique)


- Introduction, Virginie Dumoulin, directrice de cabinet de la secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la biodiversité.


- Covid-19 ou la pandémie d’une biodiversité maltraitée, Philippe Grandcolas, directeur de recherche CNRS, systématicien, ISYEB, Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité (CNRS, SU, EPHE, UA), Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)


- Et si la santé guidait le monde ? Eloi Laurent, économiste, enseignant (Science Po, Ponts, Stanford)


- Ecosystèmes et maladies infectieuses. Revue systématique, Léa Lugassy, coordinatrice scientifique, association pour une agriculture du vivant, ancienne chargée de mission « biodiversité et maladie infectieuse » à la FRB


- Questions réponses avec Philippe Grandcolas, Eloi Laurent et Léa Lugassy


- « Solutions fondées sur la nature » : de quoi parle-t-on ?, Sébastien Moncorps, directeur du comité français de l’UICN


- Le concept « One Health », Eric Muraille, biologiste, immunologiste. maître de recherches au FNRS, Université Libre de Bruxelles (ULB)


- Surveiller la santé de la faune sauvage pour prévenir les zoonoses, Anouk Decors, OFB , coordinatrice scientifique du réseau SAGIR (Surveiller pour agir)


- Questions réponses avec Sébastien Moncorps, Eric Muraille et Anouk Decors


- Conclusion, Olivier Thibault, directeur de l’eau et de la biodiversité (DGALN/DEB), ministère de la Transition écologique


- Mot de la fin : Axelle Barrau, sous-directrice de l’Innovation pédagogique et collaborative - IPEC (ministère de la Transition écologique)


Retour

Interviews faites en marge du colloque des intervenants au colloque par Acteurs publics :

- Axelle Barrau, sous-directrice de l’innovation pédagogique et collaborative (IPEC)
Axelle Barrau détaille les interventions de sa structure récemment réorganisée et qui proposait le 7 décembre le colloque “Soigner la nature pour guérir l’homme”.

- Éloi Laurent : “Il faut de nouveaux indicateurs pour guider l’action publique”
Économiste, enseignant à Sciences Po Paris, auteur de “Et si la santé guidait le monde ?” aux éditions des Liens qui libèrent, Éloi Laurent souligne la nécessité de prendre en compte des critères non exclusivement économiques, par exemple en matière de santé, pour définir la croissance.

- Éric Muraille : “Les pandémies sont la conséquence de notre système socio-économique”
Biologiste, immunologiste, maître de recherches FNRS (Université libre de Belgique), Éric Muraille détaille le concept One health et la nécessité d’une approche globale des enjeux de biodiversité. Un échange organisé pour Acteurs publics dans le cadre du colloque “Soigner la nature pour guérir l’homme” proposé le 7 décembre par l’IPEC, la sous-direction de l’innovation ...

- Philippe Grandcolas : “Il faut une meilleure perception du vivant !”
Directeur de recherche au CNRS, directeur de l’Institut de systématique, évolution, biodiversité, Philippe Grandcolas souligne l’état “désastreux” de l’environnement mais la possibilité pour tout un chacun d’agir.

Retour